Collectif havrais contre les nuisances sonores

03 août 2022

Paris Normandie .

Bruit

Posté par djdj à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 août 2022

Nuisances sonores; Un lecteur nous écrit

 

Le 21 juillet nous avons eu une conversation téléphonique avec M. François CAVARD Directeur Général des Services à la ville du Havre au sujet de ces bruits caractéristiques de battage de pieux.
Celui-ci semblait ne pas connaître le problème alors même que certains fonctionnaires entendaient ces nuisances de chez eux ainsi que des élus (...).
Rappelons ici que ces nuisances sonores s'entendent à 5 km, voire plus, du lieu d'émission ce qui n'est pas rien et gênent des milliers d'administrés.
M. CAVARD partait en congés le 22 juillet, et l'un de ses assistants devait me rappeler, mais aucune réponse de la mairie depuis !!!
Le mutisme continuant, j'ai pris contact avec plusieurs médias.
Seul le rédacteur en chef du COURRIER CAUCHOIS a pris contact avec moi et lors d'un rendez-vous à mon domicile à Sanvic et à hauteur des Jardins Suspendus, un article a été rédigé dans l'édition d'hier (copie en pièce jointe).
Donc ces nuisances proviennent bien du renforcement du quai Joannès Couvert pour l'usine de construction d'éoliennes.
A noter la déclaration du Port du Havre "...Il est fort probable que ces bruits proviennent du renforcement du quai..".
Le port ne se moque-t-il pas des administrés dans cette réponse puisqu'il y a là un double langage avec les réponses apportées :
LES RÉPONSES APPORTEES :
1°) le battage de ces pieux ne peut se faire qu'à marée basse, donc tantôt de jour, tantôt de nuit...
2°) il n'y a pas de nécessité d'obtenir une dérogation spécifique à la préfecture pour le travail de nuit...
3°) le dossier d'étude d'impact qui a été déposé sur ce projet de travaux de quai aurait fait l'objet d'une autorisation préfectorale qui prévoyait le travail à la marée et donc de nuit...
 
NOS QUESTIONS :
1°) Pourquoi les administrations n'ont pas répondu à nos questions pourtant simples (police municipale, police nationale, pompiers, ville du havre...) ?
2°) Pourquoi ce silence administratif, cette omerta, ce manque de communication avec les administrés ?
3°) Pourquoi a-t-il fallu l'intervention d'un média pour, enfin, avoir les réponses à nos questions ?
4°) Pourquoi ce travail qui doit se faire autant le jour que la nuit en fonction des marées - ce que nous pouvons par ailleurs comprendre -
n'est-il pas par contre entouré de toutes les dispositions techniques existantes afin de limiter les nuisances sonores diurnes et nocturnes.
En effet ces solutions existent, encore faut-il les mettre en place, et la Préfecture devrait imposer la mise en place de ces systèmes (voir documentation jointe).

Posté par djdj à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2022

Les boulevards livrés aux motards

Samedi 16 et dimanche 17 juillet, belles journées d'été. Affluence à la plage et sur les boulevards qui la longent.Circulation dense. Chacun recherche un moment de plaisir au bord de l'eau. C'est une richesse havraise.

Hélas, dès le milieu de l'après-midi, des motards, plus désoeuvrés que les autres, n'ont pour seule distraction que d'effectuer des allers et retours entre "le bout du monde" et le port de pêche. Des parcours inlassablement répétés avec un maximim de bruit pour être sûr d'être remarqués. Jusqu'à 2h du matin le samedi 16.

A la place de l'admiration qu'ils croient susciter pour leur engin, son bruit ou leur habileté à la "roue arrière", ils ne provoquent que la détestation de leurs victimes, promeneurs ou riverains.

La police, dont on veut bien croire que d'autres sujets la préoccupent a pourtant fait preuve de son efficacité. Mais une seule journée pendant quelques heures et en semaine quand le fléau reste modeste comparé à ce qu'il devient le week end.

C'est aux élus de mobiliser cette police municipale dont la simple présence suffit parfois à modérer les faiseurs de bruit. Mais les élus l'ont-ils compris ?

 

Posté par djdj à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2022

Sage décision et un premier pas qui en appelle d'autres

20220713_142737

Posté par djdj à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2022

Appel à témoin

Vers 1h30 la nuit dernière un bruit répétitif (battage de pieux ?) a été entendu dans le quartier de Sanvic. Si vous avez une info..........Merci

Posté par djdj à 09:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]


05 juillet 2022

Le 27 juin dernier....

...le collectif s'est à nouveau adressé au Maire du Havre dans le cadre d'un échange de correspondances. Satisfaction de constater que les nuisances dues aux deux roues à moteur thermique ne sont plus seulement considérées sous le seul aspect sécuritaire.

L'opération spéciale menée à la plage (avec une mobilisation importante de moyens) le 28 avril dernier est une bonne chose. C'est un signal envoyé aux 37% de motards verbalisés à cette occasion. Malheureusement une seule opération perd rapidement de ses effets.

Nous avons contesté l'usage du terme "désagréments" employé par le maire qui ne semble pas avoir mesuré qu'il s'agît d'un véritable fléau.

Enfin nous avons rappelé que la ville, si elle le veut bien, peut faire oeuvre de pédagogie, aménager les voies de circulation pour réduire la vitesse des motards et même limiter l'accès de certaines voies pour des périodes limitées. La ville de Paris transforme les Champs Elysées en zone piétone tout un dimanche. Sans problème.  

 

 

 

Posté par djdj à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2022

Nous avons reçu du 1er Adjoint JB GASTINE une réponse en date du 1er juin

JB GASTINECe courrier se termine avec l'invitation habituelle à appeler le 02 35 19 20 20  à chaque fois que cela sera nécessaire.

Posté par djdj à 10:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 mai 2022

Céline Pina dans le Figaro .

Céline Pina: «L'éloge des rodéos urbains révèle la fascination d'une certaine gauche pour le voyou»

« Il y a dans cette façon de mythifier le voyou, dans l'attraction pour la violence et la mise en danger de soi-même et d'autrui, une jouissance de la destruction qui ne dit jamais son nom», explique Céline Pina. CG CINÉMA

FIGAROVOX/TRIBUNE - Présenté à Cannes, le film Rodeo décrit l'univers des rodéos urbains. Dans une interview, sa réalisatrice a déploré ce qu'elle a appelé la «criminalisation» (sic) de cette pratique illégale. L'essayiste voit dans de tels propos une volonté de mythifier la violence et de «transformer les voyous en victimes».

Ancienne élue locale, Céline Pina est essayiste et militante. Elle est la fondatrice de «Viv(r)e la République», elle a également publié Silence coupable (Kero, 2016) et Ces biens essentiels (Bouquins, 2021).


Dans une interview accordée à Konbini, la réalisatrice du film Rodeo, actuellement en lice au Festival de Cannes a accusé la police d'être responsable des accidents liés à la pratique du rodéo urbain, activité aussi illégale que dangereuse. Son discours, pétri d'éléments de langage militant, érige cette pratique quasiment au rang de manifeste politique et assimile les interventions de la police à une persécution. Elle révèle la fascination d'une certaine gauche qui voit dans la figure du voyou de banlieue, le symbole de l'opprimé et le ferment de la révolte.

«En fait la pratique elle est criminalisée à mort. Parce qu'elle est illégale, qu'il y a eu des accidents mais surtout les accidents ils sont souvent causés par les flics qui prennent en chasse et qui créent une forme de précarité…

 

Posté par djdj à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2022

Relevé dans Valeurs Actuelles de ce jour

Rodéo urbain : un fléau que Cannes honore 

Ce mal gangrène les villes et les campagnes : nuisances sonores, accidents de la route, perturbation de la circulation… Le rodéo est presque devenu une mode. Ce phénomène s’étend à vitesse grand V dans l’Hexagone. Le 23 mai, un adolescent a été arrêté par la Bac de Besançon pour sa participation active à des rodéos urbains. Mais ce dimanche, un petit garçon de 5 ans a été la victime de trop. À Pantin, plusieurs scooters ont débarqué à vive allure près du canal de l’Ourcq et ont violemment percuté le garçonnet. La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée par ce fléau. Selon la préfecture de Police, 46 % des rodéos en Île-de-France sont recensés dans ce département contre seulement 8 % à Paris. La semaine passée, près de 500 adeptes de cette pratique y ont été contrôlés par les forces de l’ordre. Inquiétant.

Face à l’essor de ce phénomène, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a transmis un télégramme aux responsables de la police et de la gendarmerie : « À l’approche des beaux jours, la mobilisation de tous les services doit s’intensifier avec la saisie systématique des véhicules et l’interpellation des auteurs. »

Cette triste actualité a trouvé un espace pour s’exprimer : le Festival de Cannes. L’édition de cette année déroule le tapis rouge au film Rodéo. La réalisatrice Lola Quivoron défend bec et ongles ce qu’elle appelle le « cross-bitume ». Celle-ci fait du rodéo « une culture » et dénonce dans son long-métrage la criminalisation « à mort » de cette pratique urbaine. 

Son film ne fait pas l’unanimité auprès de la classe politique. Le maire de Cannes, David Lisnard, n’a pas hésité à donner la réplique à Lola Quivoron : « Nous n’avons pas été convaincus par le propos de cette dame, qui ressemble à un sketch des Inconnus. Nous allons continuer de poursuivre et d’arrêter les auteurs de rodéos urbains. »

Posté par djdj à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2022

Ras le Scoot.

Ras Le Scoot obtient du Conseil d’Etat la mise en place du contrôle technique des 2RM au 1er octobre 2022

Ras Le Scoot obtient du Conseil d’Etat la mise en place du contrôle technique des 2RM au 1er octobre 2022

Contrôle technique des 2RM

Ras Le Scoot obtient du Conseil d’État la mise en place du contrôle technique 2RM au 1er octobre 2022

Le Conseil d’Etat, saisi par les associations Ras Le Scoot, Respire et Paris Sans Voiture, a suspendu le 17 mai le décret instaurant le contrôle technique des deux-roues motorisés, en tant qu’il en fixait l’entrée en vigueur au 1er janvier 2023. Il estime en effet « injustifié » de retarder la mise en place d’un tel contrôle après le 1er octobre 2022, date à laquelle il le rend donc obligatoire. La décision du juge des référés se fonde sur l’obligation imposée par la Commission européenne de soumettre les deux-roues motorisés d’une cylindrée supérieure à 125 cm3 au contrôle technique avant le 1er janvier 2022, et sur l’absence de mesures alternatives prises par les pouvoirs publics de nature à les dispenser de cette obligation, comme les y autorisait la directive européenne.

Les associations se félicitent de cette décision qui permettra de diminuer la pollution de l’air et de réduire les nuisances sonores provoquées par des engins ne respectant pas les normes. Elles se réjouissent également de voir le chef de l’Etat contraint de respecter ses engagements en matière environnementale à l’heure où il érige l’écologie comme une priorité de son nouveau mandat. Elles espèrent enfin voir diminuer le nombre des accidents dont sont victimes les utilisateurs des deux-roues motorisés. Ils sont en effet 22 fois plus nombreux chez ceux-ci que chez les utilisateurs de véhicules légers, alors qu’ils ont fortement diminué en Allemagne et en Espagne depuis la mise en place du contrôle technique.

Ras Le Scoot tient particulièrement à remercier son conseil, maître Camille Mialot, sans qui ces procédures n’auraient pas pu aboutir. Nous resterons mobilisés, sur le terrain judiciaire y compris, jusqu’à la mise en place effective du contrôle technique moto, que nous considérons non pas comme un moyen d’« emmerder les Français » selon les mots d’Emmanuel Macron, mais comme la mesure la plus efficace et la plus juste pour contenir les nuisances des deux-roues motorisés. Nous réclamons en outre son extension à tous les deux-roues motorisés, quelle que soit leur cylindrée.

 

Posté par djdj à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]