Collectif havrais contre les nuisances sonores

16 août 2019

Radars allemands en Suisse

Un ami du collectif nous adresse une coupure de presse venant de Berne.

La pollution sonore est un fléau aux abords des routes suisses et les plaintes sont de plus en plus nombreuses. La Confédération et le TCS vont tester un dispositif qui avertit les usagers de la route dont le moteur est trop bruyant. L'Office Fédéral de l'Environnement veut installer de nouveaux radars fabriqués en allemagne où ils sont déjà utilisés.

Avertir les usagers qu'ils font trop de bruit ? Est-ce suffisant quand on constate qu'un des plaisirs des dits usagers est bel et bien  de faire du bruit pour être remarqué ?

Un des plus beaux sites des Alpes de Haute Provence, le col de la Bonette (entre l'Ubaye et la Tisnée: 2715m) est pollué toute la journée par le rugissement des motos qui résonne dans toute la vallée. Pas besoin de radar pour informer les utilisateurs.

Posté par djdj à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 août 2019

Au Havre, la lutte contre les rodéos urbains continue

Au Havre (Seine-Maritime), une justice sévère envers les rodéos urbains agit depuis deux ans. Chaque deux roues ayant servi à commettre une infraction est systématiquement détruit. Une cellule anti-rodéo a également été mise en place depuis le mois de mai. Hier, mardi 10 juillet, 34 engins confisqués ont été broyés.

Au Havre, la lutte contre les rodéos urbains continue

Trois quads, quinze scooters et seize motos ont été détruits dans le cadre de la lutte contre les rodéos urbains, au Havre.

Par Justine Leblond

Depuis 2 ans, la lutte contre les rodéos urbains est devenue une priorité au Havre, en Seine-Maritime. En mai, une cellule anti-rodéo composée de quatre enquêteurs a été créée par la police nationale.

Mercredi 10 juillet, 34 deux-roues confisqués depuis mai et ayant servi à la commission d'infractions ont été détruits par le groupe Unifer, en présence de la sous-préfète du Havre Marie Aubert, du procureur de la République François Gosselin et de Régis Debons, adjoint au maire du Havre en charge de la sécurité.

 

Une cellule anti-rodéo mise en place pour l'été

 

Depuis le mois de mai, une cellule anti-rodéo avec quatre enquêteurs a été mise en place au Havre, sur l'initiative du Commissaire de police Evrard Rothe.

Écoutez le procureur du Havre François Gosselin, sur la difficulté de décerner ce type d'infraction :

 

  • François Gosselin sur les rodéos urbains
0:00
0:00

 

Pas de course-poursuite car jugée trop dangereuse, les arrestations reposent essentiellement sur la vidéosurveillance. Et puisque sur ce sujet la justice se veut désormais ferme, une peine de prison(de deux à seize mois) peut être ordonnée.

Tous les deux-roues ayant servi à commettre des infractions sont obligatoirement confisqués. Ils sont par la suite détruits, une fois le jugement donné. Après avoir été broyés, les engins sont recyclés.

La cellule anti-rodéo est active jusqu'au 30 septembre, date marquant la fin des beaux jours et ainsi la réduction des sorties deux-roues. Pour autant, la chasse aux rodéos urbains ne s'arrête pas durant le reste de l'année.

    • Lire aussi. Une cellule anti-rodéo au commissariat du Havre

 

De la prévention auprès des jeunes

 

Pour alerter sur le sujet, la voie de la communication est de mise, avec une cellule dédiée à cela depuis septembre. Des policiers interviennent régulièrement dans les écoles primaires, et surtout au sein des collèges, pour sensibiliser les jeunes aux rodéos urbains. Cela se traduit notamment par des projections de vidéo et des questionnaires sur des mises en situation.

 

La question des nouvelles mobilités

 

Le procureur du Havre, François Gosselin, souligne la question d'actualité que cette chasse aux rodéos invite à se poser : celle des nouvelles mobilités. Que devrait-il se passer pour les trottinettes électriques, skateboards et autres, qui peuvent être dangereux pour les passants sur les trottoirs ? Pour le moment, rien n'a été décidé, mais des idées commencent à émerger.

 

 

Posté par djdj à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2019

Information LCI transmise par un ami du collectif

 

Population

TOUTE L'INFO SUR

À LA LOUPE

A LA LOUPE - L'association BruitParif entend limiter les nuisances sonores en Ile-de-France grâce à des capteurs, dont un est déjà installé dans la vallée de la Chevreuse. Mais le dispositif, rendu possible par un amendement adopté en juin dernier, n'en est encore qu'au stade de l'expérimentation. 

L'info est reprise en boucle par les sites spécialisés. Sur les forums de motards, depuis plusieurs jours, on s'alarme de l'installation de futurs radars contre les motos bruyantes. Qu'en est-il exactement ? 

 

Pour l'heure, on ne peut parler que d'une expérimentation, nous explique Fanny Mietlicki, directrice de l'association Bruitparif,  "centre d'évaluation technique de l'environnement sonore" soutenu et principalement financé par la région Ile-de-France. Dans le cadre de cette phase de test, un capteur a été installé sur la route départementale 91, en vallée de Chevreuse, en partenariat avec la communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse.  

Repérer l'origine des nuisances sonores

L'idée générale de la démarche, nous explique la directrice de l'association, est de "détecter la provenance du bruit et de mesurer le niveau de la nuisance sonore". Ce capteur, prénommé "Meduse", vise donc à "sectoriser le bruit pour mieux le réguler". Mais le but, à terme, est effectivement de faire évoluer ce simple capteur vers un vrai radar... Pouvant sanctionner les conducteurs. 

 

"Pour cela, il faudrait le coupler à un lecteur de plaques d'immatriculations, ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui" reprend Fanny Mietlicki, qui estime à environ deux ans l'échéance de mise en service effective. "Il y a encore du travail pour pouvoir placer un capteur de plaques qui soit homologué, entrer en phase de test, etc." Une expérimentation qui est rendue possible par un amendement, adopté en juin dernier par l'Assemblée nationale dans le cadre de la loi d'orientation des mobilitésJean-Noël Barrot, député MoDem à l'origine de cet amendement, oeuvre précisément dans la circonscription où a été installé le prototype "Meduse". 

EN VIDÉO

Nouveaux radars : de quoi sont-ils capables ?

Expérimentation à venir à Paris

A terme donc, deux pistes sont envisagées afin de pérenniser ce dispositif. Le capteur devra pouvoir flasher les véhicules à la volée (c'est-à-dire sans que le véhicule ne s'arrête). Soit il sera manié par un agent des forces de l'ordre, soit il sera automatique. En attendant, l'association l'assure : "Nous ne sommes pas anti-motards. L'idée, c'est vraiment de cibler des comportements gênants, souvent liés à des véhicules débridés."

 

Outre la RD91 où sont principalement ciblées les grosses cylindrées, une autre expérimentation est en cours à Villeneuve-le-Roi  (Val-de-Marne) où les capteurs sont déjà positionnés mais pourraient être déplacés en septembre. A Paris, des capteurs seront placés d'ici la rentrée dans les rues des 15e et 8e arrondissements. 

 

Posté par djdj à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2019

Article transmis par un riverain:

Bilan de deux ans de lutte contre les rodéos urbains et création d'une cellule anti rodéo.

 

 https://www.tendanceouest.com/actualite-328337-au-havre-la-lutte-contre-les-rodeos-urbains-continue.html

Posté par djdj à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2019

La Méduse, ce nouveau radar qui s’attaque aux véhicules trop bruyants

Dans le cadre de la loi d'orientation des mobilités, l'Assemblée nationale a adopté un amendement visant à contrôler les véhicules ne respectant pas les normes anti-bruit.

La France va tester le déploiement de radars anti-bruit pour contrôler les nuisances sonores des véhicules, et des deux roues en particulier.La France va tester le déploiement de radars anti-bruit pour contrôler les nuisances sonores des véhicules, et des deux roues en particulier. (©Illustration / Adobe Stock)

Pot d’échappement défectueux, moteur trafiqué… Pour lutter contre les véhicules ne respectant pas les normes en matière d’émissions sonores, la France va lancer une expérimentation sur des radars anti-bruit. Ce test, qui durera deux ans, visera dans un premier temps les deux-roues motorisés, comme le précise l’amendement adopté par l’Assemblée nationale jeudi 13 juin 2019.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Jean-Noël Barrot
@jnbarrot

🔇Nuisances sonores: deux amendements adoptés aujourd'hui, deux avancées majeures 👇
🔹Prise en compte des vibrations engendrées par les infrastructures ferroviaires
🔹 Expérimentation sur le contrôle automatique des véhicules bruyants

32 personnes parlent à ce sujet

Le texte, présenté par le député des Yvelines (En Marche) Jean-Noël Barrot, souhaite à terme contrôler à la volée et sanctionner les véhicules qui dépasseraient la limite légale. La procédure d’expérimentation reste encore à définir par décret du Conseil d’Etat.

Lire aussi : Voici la carte officielle de tous les radars fixes de France

La « Méduse » chasse les motards

D’ores et déjà, la majorité compte utiliser des radars acoustiques, notamment développés par des associations comme Bruitparif.

« Méduse », imaginé en 2016, permet en effet de « voir » le bruit, de le mesurer et d’identifier son origine à 360° grâce à quatre microphones. « On utilise ce capteur surtout en milieu urbain, précise à actu.fr Fanny Mietlicki, directrice de Bruitparif, notamment sur les chantiers du Grand Paris Express pour mieux visualiser l’origine des bruits ainsi que dans des quartiers animés parisiens. »

Lire aussi : 400 radars nouvelle génération déployés en France en 2019 : voici ce qui vous attend

Le capteur acoustique "Méduse", breveté et utilisé par l'association Bruitparif, va être testé en région parisienne cet été pour mesurer les nuisances sonores des véhicules. Le capteur acoustique « Méduse », breveté et utilisé par l’association Bruitparif, va être testé en région parisienne cet été pour mesurer les nuisances sonores des véhicules. (©Bruitparif)

Cet été, l’association doit installer deux « Méduse » sur la route départementale 91, dans la Vallée de Chevreuse (Yvelines). A la belle saison, la mythique route des 17 tournants est en effet très appréciée par les cyclotouristes et les… motards.

En 2018, les élus du secteur s’étaient d’ailleurs mobilisés pour dénoncer le bruit généré. « Ils y circulent parfois en retirant de leur pot d’échappement la chicane, le dispositif silencieux », déplore le député Jean-Noël Barrot, contacté par actu.fr. Une infraction qui peut conduire jusqu’à l’immobilisation de l’engin. 

Lire aussi : Sécurité routière : une loi plus répressive contre les rodéos motorisés

Des seuils de bruit à déterminer

Les radars anti-bruit déployés sur ce tracé auront d’abord une vertu préventive, fait remarquer Fanny Mietlicki : 

Dans un premier temps, l’objectif ne sera pas de sanctionner mais de repérer les véhicules excessivement bruyants pour déterminer des seuils.

Deux autres capteurs seront aussi implantés à Paris, et un autre à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne). « Avec en amont un affichage pédagogique », souligne la directrice de l’association, qui collabore avec les collectivités locales. 

PUBLICITÉ

Après la phase de l’expérimentation viendra ensuite le temps de la répression. Les tests seront ensuite suivis d’une période de définition et d’homologation des capteurs. Les contrôles et les sanctions ne devraient pas intervenir avant 2021, au plus tôt.

Selon Jean-Noël Barrot, le gouvernement travaille de son côté sur l’élaboration d’une charte avec les constructeurs automobiles pour limiter le bruit des véhicules neufs avant la sortie de l’usine. 

Lire aussi : Les nouveaux radars fixes seront en hauteur : la solution de l’Etat pour lutter contre le vandalisme

Posté par djdj à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juin 2019

Prévention, Sécurité, Proximité, Propreté

20170709 003703

20170709 003046

 

 

20170709 004005                                                                                                    Le Constat : "La tranquilité publique correspond à une attente forte des habitants et à un enjeu quotidien pour la ville du Havre". Très bien. La ville a donc créé une Direction Sécurité municipale, Prévention et Réglementation commerciale. 

Certains services sont plus performants que d'autres.

Ainsi le Centre Superviseur Urbain et Stationnement Réglementé permet d'infliger rapidement des amendes de 30€ pour un défaut de paiement de parcmètre . L'investissement en matériel moderne (paybyphone etc.) confère aux agents une efficacité redoutable et redoutée des automobilistes. Fut-ce pour un défaut de 50 centimes.

Malheureusement le service chargé des nuisances sonores ne connaît que les aboiements intempestifs, les travaux de bricolage et de jardinage. Dans sa grande sagesse il invite les habitants à règler les conflits entre eux.

Mais il ignore le vacarme des motos et scooters qui ne figure pas à son inventaire. Sur ce sujet les agents sont inexistants ou inefficaces.

Posté par djdj à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2019

Rencontre avec le Délégué à la cohésion Police Population le 3 juin .

Rencontre de plus d'une heure pour présenter notre objectif et proposer des moyens d'action. Nous sommes tombés d'accord sur la nécéssité d'une campagne de sensibilisation avant toute action répressive. Il faut convaincre les élus du Havre de prévenir avant de guérir. (La ville de Sainte Adresse est en avance sur ce sujet et propose déjà une coopération des services et mise en commun du matériel.)

On nous invite à communiquer toutes informations utiles (lieu, date, heure, photo ou vidéo) à psq-le-havre@interieur.gouv.fr

Nous avons rappelé que toute intervention sur appel téléphonique arrivera trop tard. Une présence sur place pour constater, rappeler la loi et le cas échéant sanctionner est préférable. Il y a des jours et des heures, selon la météo, où les motards sont plus bruyants.

Les patrouilles de police municipale à vélo sont impuissantes ( 3 cyclistes regardent passer les motos sans pouvoir intervenir), les fourgons de la police nationale ne sont pas en mesure de constater les infractions (excès de vitesse, excès de bruit).

Les informations recueillies par le Délégué remonteront dans les services mais il nous reste à sensibiliser les élus du Havre.  

Posté par djdj à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2019

Un bon début.......

Et c'est peut-être la prise de conscience qui commence. Mais ce n'est pas encore la réponse aux nuisances que nous dénonçons.                

 

PREVENTION – SECURITE ROUTIERE

Des stages contre les rodéos urbains

 

Pour lutter contre les rodéos urbains, la Ville du Havre organise des stages de prévention routière sur les conduites à risque.

 

 

Alors que la police nationale vient de créer une cellule anti-rodéo, la Ville du Havre avec  le Conseil Local de Sécurité Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation  et le service territorial éducatif de milieu ouvert du Ministère de la Justice (STEMO), mettent en place du 21 au 23 mai un stage expérimental de prévention routières. Une action qui permet de responsabiliser les mineurs sur cette conduite à risques et de les informer sur les risques encourus en rencontrant des professionnels de la santé, de la police, de la justice.

 

 

« Pour faire face à la recrudescence de ces courses sauvages et motorisés et des conduites sans permis qui génèrent de la nuisance pour le voisinage et constitue un véritable danger sur la route, nous avons souhaité sensibiliser les jeunes à ces problèmes. Cette initiative de prévention et de responsabilisation vient en complément de cellule anti-rodéo pour lutter contre ce danger », commente Régis Debons, adjoint au maire en charge de la sécurité.

 

 

Sensibiliser plutôt que de sanctionner

 

Depuis l'été 2018, pratiquer des rodéos urbains est devenu un délit. La Loi adoptée par l'Assemblée nationale prévoit des peines pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende.

Pour prévenir ce phénomène qui mêle incivilités et dangers pour la sécurité des personnes, ce stage est proposé pour tenter de sensibiliser des mineurs, suivis par le STEMO dans le cadre d’une mesure pénale suite à un délit routier (conduite sans permis, rodéos,…) sur les dangers de la route et les conséquences de leurs actes au niveau de leur santé, l’impact financier, des suites judiciaires, leur parcours scolaire, leur vie professionnelle ou leur vie familiale.

Ce stage est également l’occasion de rencontrer des professionnels de la santé, de la police, de la justice… au cours d’animations favorisant les échanges et d’ateliers ludiques et pédagogiques.

 

Un certain nombre de sujets seront ainsi abordés grâce aux partenaires (le lycée Lavoisier, les pompiers, la police municipale, le Parquet, l’association Nautilia, LiA, l’association les électrons libres…), comme par exemple : la prévention routière avec la Police Municipale, la visite du lycée Lavoisier, la formation et des tests du code de la route, des entretiens avec le Parquet – Tribunal de Grande Instance, les addictions avec Nautilia, l’atelier désincarcération, des rencontres avec le SDIS et LiA…

 

Au terme de ces 3 jours un bilan sera établi avec les stagiaires pour constater un changement de comportement. Cette première initiative organisée au Havre pourrait être renouvelée en fonction de sa réussite.

 

 

 

 

Posté par djdj à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Courrier Ville du havre

Nous avons reçu un courrier du nouvel Adjoint au Maire chargé de la qualité de vie, de la prévention et de la sécurité Régis Debons. L'exaspération des riverains , des piétons et des cyclistes est comprise et les nuisances déplorées. Comme dans la réponse de J.B.Gastine en 2017, on nous signale 123 contrôles sonométriques en2018 et 59 deux roues verbalisés.

Nous avons donc renouvelé nos remarques dans le courrier suivant:

 

Nous vous remercions de votre courrier du 11 avril relatif aux nuisances sonores.
Le Collectif havrais a été créé en mai 2017. Le 31 juillet 2017, J.B. Gastine, alors chargé de ce dossier, nous a fourni une réponse très semblable à la vôtre (128 contrôles, 40 verbalisations, incitation à appeler le 02 35 19 20 20) tendant à prouver l’action de la police municipale.

Le 2 août, la sous préfecture nous répondait dans les mêmes termes.
Les nuisances sonores ayant repris de plus belle au printemps 2018, nous avons été reçus le 11 juillet par monsieur le Maire. Hélas, en dépit des 123 contrôles sonométriques et des 59 deux roues verbalisés que vous nous indiquez, la pollution sonore s’aggrave en ville depuis la fin février 2019.

C’est pourquoi il convient de renouveler quelques points:

Seuls les motards qui font rugir volontairement leurs moteurs (ou modifient les réglages de sortie d’usine pour les Harley) sont concernés par nos doléances. Excès de bruit, mais aussi excès de vitesse lors des accélérations, des démarrages ou avantl’arrêt aux feux.

  • -  Le problème est général en ville, mais le bord de mer estprivilégié par ces motards qui le parcourent (du port de pêche jusqu’au cap) dans les deux sens et à plusieurs reprises. Nous les reconnaissons.

  • -  Le phénomène ne se produit QUE par beau temps et essentiellement les samedis et dimanches entre 16h et 21h.

    Nous avions indiqué à Monsieur le Maire, le 11 juillet dernier, que nous étions disposés à être entendus par le Conseil Local de Sécurité et de la Prévention. Nous pourrions alors expliquer que nous ne demandons nullement des poursuites dangereuses voire impossibles. Il suffit d’attendre aux feux tricolores (qui sont encore respectés) les motards que l’on entend venir de très loin.

    Mais nous avions aussi indiqué qu’avant toute opération répressive, une campagne d’information et de sensibilisation aurait été souhaitable. La ville de Tours, par exemple, utilise l’affichage dans les abri-bus, mais la ville du Havre sait très bien utiliser « OCEANE » pour communiquer sur les grandes causes.

    Pour nous, il s’agît de sécurité routière ET de santé publique.

Posté par djdj à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2019

Le Président de la Fédération des motards de France a répondu au maire de Sainte Adresse pour l'assurer de toute sa compréhension. Il déplore le comportement "scandaleux" des motards qui ne donnent pas "la véritable image du motocyclisme en général". 

 La signature d'une convention a été proposée au maire par le président. Il ne semble pas qu'on puisse attendre une solution de ce côté.

Le maire du Havre nous a répondu pour nous préciser qu'il confiait le dossier à son premier adjoint. Ce courrier est daté du 21 mars. Jour de sa démission. Le premier adjoint étant devenu maire nous devrons reprendre nos démarches.

En attendant que les élus et pouvoirs publics prennent les choses au sérieux il nous faut amplifier notre protestation. Rejoignez le collectif havrais contre les nuisances sonores en laissant un commentaire sur ce blog. Nous vous contacterons. A bientôt.

Posté par djdj à 09:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,