Collectif Havrais contre les nuisances sonores

 

affaire suivie par Laurent Delalande

Vréf: LD/CH/TPolice 2017/D346

à Monsieur JB Gastine, Adjoint au Maire

 

Monsieur le Maire,

Nous avons bien reçu votre réponse du 31 juillet et nous vous remercions vivement.

Nous pouvons, aujourd’hui, faire un bilan de ces mois d’été où le trafic urbain des motos a été plus dense que d’ordinaire.

Nous constatons, malheureusement, que le problème du bruit, non pas inévitable et inhérent à la motorisation mais volontairement amplifié et répété sur des parcours choisis et empruntés en boucle, n’a fait que croître, créant ainsi une mode de parade. La presse indique la programmation de sept contrôles pour le mois de septembre, mais une vingtaine aurait été possible le samedi 23 à un quelconque carrefour des boulevards de front de mer. Et tout autant dans les voies intérieures.

Les appels auprès de vos services (aussi réactifs soient-ils) sont inutiles puisque le constat du délit est toujours passé.

Seules des patrouilles présentes sur la chaussée (à des moments définis: samedi et dimanche ensoleillés entre 16h et …22h ) permettent d’identifier les fauteurs de troubles et de les intercepter pour contrôle, rappel à l’ordre et le cas échéant sanction, car -pour l’instant- ces contrevenants s’arrêtent encore aux feux rouges et on les entend venir de loin.

La mobilisation de la police nationale pour le contrôle de la conformité des échappements « modifiés »  s’impose également.

Il nous semble souhaitable d’anticiper les nuisances qui ne manqueront pas de se multiplier dès le printemps prochain et de chercher, ensemble, les mesures efficaces, avec une campagne préalable d’information comme il en est organisé pour d’autres fléaux. 

Mieux vaut un traitement professionnel de ce trouble plutôt qu’une réaction exaspérée de riverains.

Soyez assuré, Monsieur le Maire, de notre parfaite considération.