Depuis quelques jours, les dispositions prises par la mairie à l'encontre d'un café récalcitrant provoquent une pétition signée par les amateurs de tapage nocturne qui résident ailleurs. Ceux -ci ont des arguments qui n'augurent pas d'un dialogue fructueux: 

 "si ceux qui résident au dessus des terrasses ne sont pas contents ils n'ont qu'à aller vivre ailleurs"

"La jeunesse a le droit de s'amuser"

"la vie culturelle havraise est déjà assez triste comme ça" etc. etc.

C'est le même type d'argument que celui des motards qui font du bruit pour le plaisir.

Avec une idée de base: "Ote toi de là que je m'y mette."

Quant aux abords de Niemeyer la question qui demeure est la suivante. La mairie aura-t-elle le courage de faire respecter la réglementation ?