6e Assises nationales de la qualité de l’environnement sonore

14 décembre 2010 (mis à jour le 14 janvier 2011) - 

Nathalie Kosciusko-Morizet a ouvert les 6e assises nationales de la qualité de l’environnement sonore qui se déroulent, du 14 au 16 décembre 2010, à la Maison de la chimie, à Paris. L’occasion pour la ministre de faire le point sur les mesures prises pour lutter contre le bruit.

 Alors qu’une enquête menée par TNS-SOFRES (mai 2010) confirme que le bruit constitue aujourd'hui une atteinte majeure à la qualité de vie des français, Nathalie Kosciusko-Morizet rappelle l'importance de la lutte contre les nuisances sonores. Aujourd’hui, 2/3 des personnes interrogées se disent personnellement gênées par le bruit à leur domicile. Pour 54 % d’entre elles, les transports constituent la principale source de nuisance Celles-ci ont un impact potentiel sur la santé : fatigue chronique, impact sur le système cardio-vasculaire, baisse de vigilance pouvant être la cause d’accidents.

La mise en oeuvre du Grenelle de l’Environnement et du 2ème Plan national santé environnement a permis de faire d’importants progrès en matière de réduction des nuisances sonores. Nathalie Kosciusko-Morizet a cependant souligné le besoin d'obtenir des résultats rapides dans deux domaines précis :
-  La limitation des nuisances liées au transport aérien. La concertation sur le relèvement des altitudes d'approche en Ile de France se poursuit pour les aéroports d'Orly et de Roissy et aboutira à la mise en oeuvre de nouvelles procédures en 2011. Par ailleurs, le dispositif d'aide aux riverains mis en place pour les 10 principaux aéroports sera élargi en 2011 aux aéroports du Bourget et de Beauvais.
- La réduction du bruit lié aux transports terrestres. Le gouvernement a pris l’engagement, dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, de traiter les situations les plus critiques dans un délai de 5 à 7 ans et les financements sont à la hauteur :

  • 550 M€ sont prévus d’ici 2014, dans le cadre des programmes de modernisation des itinéraires routiers (PDMI) sur le réseau routier national non concédé. 
  • Les sociétés concessionnaires d’autoroutes se sont engagées à financer 110 M€ de travaux acoustiques au cours des trois prochaines années sur les réseaux qu’elles exploitent. 
  • Le dispositif de résorption des points noirs (bâtiments fortement exposés au bruit) fait l'objet d'un soutien financier de l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie (ADEME) sur la période 2009-2011 notamment pour les réseaux gérés par les collectivités. 

Par ailleurs, la ministre a annoncé les agglomérations qui ont été retenues à l’issue d’un appel à candidatures pour mettre en place, avec le soutien du ministère et de l’ADEME, un observatoire du bruit en 2011 : il s’agit de Grenoble, Saint-Etienne métropole, la communauté du Pays d'Aix et Nice. Ces observatoires viendront compléter les observatoires existants,
principalement BRUITPARIF dans l’agglomération parisienne et ACOU-CITES dans l’agglomération lyonnaise.