Fini la rigolade. L'Assemblée nationale a voté ce mercredi une proposition de loi qui a pour objectif de sanctionner fermement les rodéos motorisés, rapporte le Figaro.

Avec 94 voix pour et une abstention, le texte de loi proposé par La République en marche visant à sanctionner les rodéos motorisés a été adopté. La ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, avait évoqué le « fléau » que représentent ces rodéos le plus souvent pratiqués par des individus « inconscients, souvent très jeunes ». Alors que ce phénomène devient de plus en plus populaire, il était « urgent de donner à nos policiers et nos gendarmes les outils juridiques » pour lutter contre « ce type de comportements perturbateurs », a-t-elle déclaré, selon les informations du Figaro.

Un an emprisonnement et 15 000 euros d'amende

Pour mettre fin aux rodéos urbains, les forces de l'ordre auront ainsi la possibilité de confisquer les véhicules des participants. Cette proposition de loi avait largement été soutenue par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Cette pratique auparavant « marginale » est devenue « courante », avec « en 2017, 8 700 rodéos (...) constatés par la police nationale, et 6 600 par la gendarmerie », avait-il déclaré lors des questions au gouvernement mardi 3 juillet.

Il reviendra aux préfets d'appliquer la loi. Et là... c'est une autre affaire